C’est la Semaine de la santé numérique! Joignez-vous aux célébrations. En savoir plus >

Partager :

Blogue : Inforoute en direct

La santé numérique, une histoire en constante évolution

Affiché le 20 juin 2017 par le Dr Rashaad Bhyat

Au Canada, l'histoire de la santé numérique a connu beaucoup de rebondissements au fil des années, mais, malgré tout, nous nous rapprochons toujours un peu plus de la masse critique.

L’histoire de la santé numérique, cependant, est avant tout une histoire dans laquelle le patient joue un nouveau rôle.

Comme je l'ai déjà mentionné sur ce blogue, les Canadiens, toutes générations confondues, sont de plus en plus nombreux à préférer communiquer par messages textes, messages instantanés et vidéos.

Toutefois, alors que les soins de santé sont en pleine évolution grâce aux nouvelles technologies, un certain nombre de mythes à l'égard de la santé numérique ont la vie dure, tant chez les cliniciens que dans la population en général. Dans cet article, je vais m'attaquer à trois d'entre eux.

Mythe 1 : Jusqu'à présent, il y a eu peu de progrès, voire aucun, en santé numérique au Canada.

Mythe : Jusqu'à présent, il y a eu peu de progrès, voire aucun, en santé numérique au CanadaMême si le réseau de la santé n'a pas encore complètement rattrapé les autres secteurs pour ce qui est de l'intégration et de l'utilisation efficace des technologies de l'information, les nouvelles sont encourageantes.

Actuellement, les composantes de base des dossiers de santé des Canadiens sont informatisées à 93,8 % et accessibles à partir des dossiers de santé électroniques (DSE) des provinces.

Le taux national d'adoption du dossier médical électronique (DME) par les médecins de famille est passé de 23 % en 2006 à 73 % en 2015. Dans plusieurs provinces, le taux d'adoption en médecine familiale dépasse même les 80 %.

Par ailleurs, selon un article de B. Gheorghiu et S. Hagens, les données de base des DSE de chaque province et territoire sont de plus en plus accessibles, quoique le taux d’accessibilité à ce type de données varie énormément d'un milieu clinique à un autre.

Partout au pays, les patients sont de plus en plus nombreux à bénéficier d'un accès à leurs renseignements médicaux, grâce à des initiatives comme le portail MyHealthNS, le dossier MyChart de l'hôpital Sunnybrook et le portail de laboratoire d'Excelleris en Colombie-Britannique, pour ne nommer que celles-là.

Mythe 2 : L'arrivée des visites virtuelles signifie que je ne pourrai plus voir mon médecin en personne.

Les consultations en personne resteront au cœur de la prestation des soins médicaux, mais comme je l'ai précisé dans un article précédent, dans bon nombre de cas, les patients n'ont pas vraiment besoin de se déplacer au bureau du médecin, par exemple quand il s'agit de discuter avec eux des résultats de leurs analyses de laboratoire.

De fait, il ressort d'une étude menée récemment en Colombie-Britannique que les patients utilisent les visites virtuelles principalement pour trois raisons : gagner du temps, accéder plus rapidement aux soins et éviter de s'absenter du travail.

Idéalement, les visites virtuelles devraient bonifier la relation qui existe déjà entre un médecin et son patient.

Mythe 3 : Quand il y a un ordinateur dans la salle d'examen, la relation entre le patient et son médecin en souffre.

Même s'il est possible que l'utilisation d'un ordinateur dans la salle d'examen nuise à la relation entre un patient et son médecin, idéalement, ce ne devrait pas être le cas.

Une analyse documentaire réalisée par le Dr Aviv Shachak, spécialiste canadien de l'informatique médicale, et son collègue le Dr Shmuel Reis a montré que l’usage d'un DME a des effets à la fois positifs et négatifs sur la relation patient-médecin. Cependant, les effets négatifs peuvent être atténués par des moyens simples ainsi que par une meilleure conception des DME et des interventions appropriées à l’étape de la formation médicale.

Autrement dit, si on apprend aux médecins à se servir efficacement d’un DME durant une consultation clinique, et si le DME est bien conçu, la relation patient-médecin ne devrait pas en souffrir. L’écran d’ordinateur devient alors un formidable outil de communication, qui aide les médecins à informer leurs patients au sujet de leur santé et, à mesure que l’usage des portails-patients se répandra, qui permettra aux patients de transmettre de l’information à leur médecin.

Inforoute s'est donc alliée à l'Association des facultés de médecine du Canada (AFMC) en vue d'attirer l'attention sur l'importance pour les médecins d'apprendre à utiliser la santé numérique avant même d'entrer sur le marché du travail. Cette initiative primée a mené à la création d'une trousse en ligne de ressources en santé numérique que les enseignants en médecine peuvent utiliser pour familiariser les étudiants et les résidents avec les technologies de santé. Le Module 4, plus particulièrement, porte sur l'usage approprié du DME pendant les consultations.

En conclusion

Bien que nous ayons atteint un point de bascule en ce qui concerne l'adoption des technologies de santé numériques au Canada, il nous reste encore beaucoup de travail à faire pour améliorer la circulation de l'information d'un système à un autre et pour optimiser l’usage des technologies de santé numériques chez les médecins et les patients.

En attendant, une foule de mythes sur la santé numérique perdurent. Mon article aura su, je l'espère, en dissiper quelques-uns.

Pour en savoir plus à ce sujet, visitez notre page sur les mythes en santé numérique.

Vous aimeriez nous signaler desmythesen particulier sur la santé numérique? Notre équipe sera ravie de vous lire.

Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.


rbhyat 100Le Dr Rashaad Bhyat est responsable clinique au sein du groupe Adoption clinique, chez Inforoute Santé du Canada. Il est également médecin de famille et s'intéresse tout particulièrement à la santé numérique. Il pratique dans un cabinet de médecine familiale doté d'un DME dans la région du Grand Toronto.

La clé de pratiques de prescription sécuritaires : améliorer la sécurité, réduire le gaspillage et améliorer la san… https://t.co/h5vDG7M6q8

par Inforoute,

logo inv fr

La santé numérique à votre service.

 

Transformer les soins de santé au Canada grâce aux technologies de l’information sur la santé.

Nous joindre

Demandes de renseignements généraux

Tél. : 416-979-4606
Sans frais : 1-888-733-6462

Approvisionnement

Tél. : 514-868-0550

Demandes de renseignements des médias

Tél. : 416-595-3167
Sans frais : 1-888-733-6462