Partager :

Accès aux soins

Blogue : Inforoute en direct

image

La télépathologie au Canada

Publié le 8 juillet 2020 par Nancy Gupta et Sukirtha Tharmalingam

Quand un médecin soupçonne que son patient est atteint d’une maladie, combien de temps s’écoule-t-il entre la biopsie, le diagnostic et le début du traitement? Tout dépend de l’endroit où vous habitez au Canada. Ça peut aller de quelques jours à quelques semaines, voire à plusieurs mois.

image

Patients engagés, partie 2 : Patients engagés et soins virtuels

Publié par Katie Bryski et Ellie Yu le 30 juin 2020

Une nouvelle ère s'est amorcée dans le secteur de la santé. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les Canadiens se tournent de plus en plus vers les soins virtuels. Selon le sondage de suivi d'Inforoute, les consultations virtuelles ont compté pour presque la moitié du total des consultations médicales en mai 2020. Mais, concrètement, que signifie ce virage virtuel pour les patients et sur la manière dont ils interagissent avec le réseau de la santé?

image

Au-delà du binaire : l’information sur le sexe et le genre contenue dans les DSE

Publié le 8 juin 2020 par Katie Bryski

C’est perturbant et, à la limite, incompréhensible. Il y a quelques années, je me trouvais dans la salle d’examen d’une clinicienne, un papier-mouchoir en boule dans mon poing refermé. Elle venait tout juste de me proposer une intervention courante. Le problème, c’est que ça n’allait justement pas être une affaire courante pour moi. Plutôt l’inverse, en fait. Tandis qu’elle s’efforçait de me rassurer du mieux qu’elle le pouvait, j’ai commencé à réaliser ce qui se passait. Elle ne comprenait absolument pas ce qui me troublait.

image

Virtuel c. virus

Publié le 19 mai 2020 par Katie Bryski

Il y a maintenant neuf semaines que je suis confinée à domicile. Durant ce temps, nous avons tous pu observer la croissance phénoménale des soins virtuels partout au pays. À un moment où notre réseau de la santé fait face à des défis sans précédent, les soins virtuels révèlent leur immense utilité.

image

L’importance des soins virtuels en première ligne : Deuxième partie

Publié le 4 mai 2020 par Katie Bryski et Dr Rashaad Bhyat

Tandis que sévit la pandémie de la COVID-19, les soins de santé virtuels sont appelés à jouer un rôle prépondérant. Grâce aux appels téléphoniques, aux discussions par vidéo et à la messagerie sécurisée, les cliniques peuvent fonctionner en mode numérique tout en préservant la sécurité des cliniciens et des patients et leur maintien de la distanciation physique. Dans notre dernier article de blogue, nous avons discuté de certains des facteurs qui militent pour une adoption rapide des soins virtuels au pays. Nous allons dans celui-ci explorer la question plus à fond et voir comment un rendez-vous virtuel peut se dérouler.

image

L’importance des soins virtuels en première ligne

Publié le 28 avril 2020 par Katie Bryski et Dr Rashaad Bhyat

Un vent d’incertitude et d’appréhension souffle sur le secteur de la santé. La crise de la COVID-19 représente un défi sans précédent pour notre réseau moderne, qui avance en terrain inconnu, tout en essayant du mieux possible d'aplatir la courbe. Mais alors que les choses ne sont pas habituelles en ce moment pour les travailleurs de la santé, elles sont virtuelles pour les Canadiens!

image

Passer au virtuel en temps de crise

Mis en ligne le 9 avril 2020 par Dr Rashaad Bhyat

En février dernier, l’Association médicale canadienne a publié, en collaboration avec le Collège des médecins de famille du Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, le rapport du Groupe de travail sur les soins virtuels intitulé « Soins virtuels : recommandations pour la création d’un cadre pancanadien ». Avec la publication de ce rapport, je me suis dit que l’année 2020 marquerait un tournant décisif pour les soins virtuels au pays, particulièrement pour ma spécialité, la médecine familiale.

image

La communauté des normes réagit rapidement à la crise de la COVID-19 en créant de nouveaux concepts

Publié le 31 mars 2020 par Anil Patel

Les organisations de la santé doivent pouvoir s'échanger efficacement de l'information claire, et la pandémie actuelle de COVID-19 illustre bien pourquoi.

image

L’accès des patients à leur information médicale augmente, mais demeure insuffisant

Mis en ligne le 10 mars 2020 par Simon Hagens

En 2014, Inforoute a publié un article intitulé « Understanding the Gap Between Desire for and Use of Consumer Health Solutions » visant à faire la lumière sur l’écart entre le désir d’utiliser des solutions de santé grand public et leur utilisation comme telle. L’analyse a révélé que si 80 % des Canadiens disaient vouloir accéder à leur information médicale, seulement 4 % y avaient effectivement accès par voie électronique[1].

image

La santé numérique, une alliée dans la lutte contre la COVID-19

Publié le 5 mars 2020 par Michael Green

Depuis le début de la nouvelle décennie, un peu partout sur la planète, tous les regards sont braqués sur le diagnostic et la propagation de la maladie à coronavirus, maintenant appelée la COVID-19. Même si l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) n'a pas encore déclaré qu'il s'agissait d'une pandémie mondiale, l'éclosion est considérée comme une urgence de santé publique de portée internationale depuis janvier, et les scientifiques des quatre coins du monde surveillent de près son évolution et tentent de prédire la suite.

Vous vous demandez peut-être ce que la santé numérique vient faire dans tout ça. Le lien ne semble pas évident à première vue, mais la santé numérique contribue à empêcher la propagation du virus de trois façons.

Tout d’abord, en ce moment même, la communauté de l'interopérabilité et des normes s'emploie à recenser et à coder l'information relative aux tests de dépistage du SRAS-CoV-2 et aux cas de COVID-19. Lorsque les vocabulaires cliniques sont correctement encodés, on s’assure que l'information numérique échangée au sujet de la COVID-19 possède un sens bien précis et qu’elle sera vraiment utile aux chercheurs, cliniciens, autorités de la santé publique et gouvernements pour le dépistage, la surveillance et l’endiguement du virus.

À cette fin, dans la foulée d'annonces récentes de l'OMS et du Comité international de taxonomie des virus (ICTV), deux organismes d'élaboration des normes, le Regenstrief Institute et SNOMED International, ont mis à jour leurs concepts afin qu'ils reflètent la nomenclature de l'OMS et de l'ICTV. Ces normes internationales sont accessibles à tous à partir de la plateforme de collaboration d'Inforoute, appelée InfoCentral. Inforoute, qui est en train d'intégrer ces changements aux normes pancanadiennes, veillera à en informer les communautés InfoCentral et à les aiguiller à ce sujet.

Ensuite, grâce aux leçons de la crise du SRAS, aux investissements faits dans l'infrastructure numérique et à la collaboration nationale en matière de surveillance de la santé publique, le pays est mieux préparé que jamais à faire face à une éventuelle épidémie en sol canadien. Par exemple, moins d'une semaine après que des ministères provinciaux de la Santé ont indiqué que la maladie était à déclaration obligatoire, les équipes de la santé publique de ces provinces ont mis à jour leurs systèmes de surveillance sanitaire, ce qui permet aux spécialistes de la santé publique de faire le suivi des cas sur leur territoire. Elles ont également porté ces changements à l’attention de leurs homologues des autres provinces afin qu’elles puissent implanter des protocoles semblables.

Enfin, les soins virtuels offrent, entre autres avantages, un excellent moyen d'éviter la propagation du virus. En effet, les visites virtuelles, c'est-à-dire une interaction entre un professionnel de la santé et un patient par vidéo, texto ou courriel, existent depuis plus d'une décennie au Canada. En 2019 seulement, il y aurait eu de deux à trois millions de visites virtuelles entre des patients canadiens et leurs cliniciens. En plus de leur efficience et de leur commodité hors pair pour les patients comme pour les cliniciens, les visites virtuelles représentent le moyen le plus efficace de limiter la propagation d'un virus et de procurer une tranquillité d'esprit aux personnes qui se rétablissent à la maison, qui s'imposent une quarantaine par mesure de précaution ou dont la santé fragile les empêche de se rendre chez le médecin ou à l'hôpital.

Évidemment, des mesures simples comme se laver souvent les mains, tousser et éternuer dans son coude et rester à la maison quand on est malade restent les meilleurs moyens de prévenir la transmission des maladies infectieuses. Il n'en demeure pas moins que dans les circonstances actuelles, où la COVID-19 suscite de plus en plus d'inquiétudes, c'est rassurant de savoir que la santé numérique nous aide à dépister et à surveiller le virus, et à en contenir la propagation.

Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.


mgreen 100Michael Green est un dirigeant chevronné de réputation mondiale. Fin stratège, doté d'une grande créativité, il a maintes fois fait la preuve de sa capacité à transformer les soins de santé grâce à la santé numérique. Il met un point d'honneur à tirer parti des meilleures recherches et innovations du monde entier en vue de faire progresser les initiatives de santé numérique, de favoriser la création d’emplois et de stimuler la croissance économique au Canada. Michael est président et chef de la direction d’Inforoute Santé du Canada depuis août 2014.

image

À la rencontre des patients engagés

Publié par Katie Bryski et Ellie Yu le 27 janvier 2020

À quel point agissez-vous et prenez-vous des décisions afin d’améliorer votre santé et votre bien-être? Avec quelle aisance vous orientez-vous dans le réseau de la santé?

image

Un site Web aide les Canadiens à comprendre leurs rapports de pathologie

Publié par le docteur Jason Wasserman le 8 janvier 2020 

  

Vous est-il déjà arrivé de recevoir des mains de votre médecin un rapport de pathologie et de n’y rien comprendre? Une fois à la maison, avez-vous cherché les termes médicaux sur Google? Avez-vous ressenti de la frustration parce que vous ne trouviez pas ce que vous cherchiez ou parce que tout ce que vous trouviez semblait n’être destiné qu’aux Américains? Eh bien, il y a maintenant une façon plus simple, plus sûre et plus fiable de vous renseigner au sujet de votre diagnostic, et l’information en question a été rédigée par des Canadiens, à l’intention des Canadiens.

image

Transformer l'expérience du patient grâce aux télésoins à domicile

Publié le 10 décembre 2019 par Krista Balenko

Grâce aux télésoins à domicile, un plus grand nombre de Canadiens évitent des hospitalisations et des visites à l'urgence, ce qui transforme leur expérience de soins et améliore leur qualité de vie. Les télésoins font également économiser beaucoup d'argent aux divers réseaux de la santé du pays.

image

À bonnes données, bonnes décisions : pourquoi les patients doivent avoir accès à leur information médicale

Publié le 8 novembre 2019 par Rashaad Bhyat et Katie Bryski

Quand il est question de santé, un petit détail peut prendre des proportions insoupçonnées.

Récemment, ma collègue Katie me disait : « Au cours d’une randonnée l’été dernier, je me suis coupée sur un bout de métal rouillé. C’était un accident banal, ma main s’est simplement accrochée dans une encoche sur un garde-fou. »

image

ACCÈS 2022 : Notre plan pour reprendre notre place de chef de file des soins de santé

Publié le 14 novembre 2018 par Michael Green

Les Canadiens sont fiers de leur réseau de la santé — il sauve des vies. Depuis 50 ans, il est synonyme d’égalité et de compassion. Or, notre pays n’est plus un chef de file des soins de santé. Alors que nous sommes à l’ère de l’innovation, le réseau canadien de la santé n’a pas suivi.

L’Évolution de l’engagement des patients

Publié le 30 octobre 2018  par Julie Drury

Chaque année, les patients passent 8 760 heures de leur temps à s’occuper de leur santé. On peut donc affirmer sans crainte de se tromper qu’ils sont des experts en soins de santé et que l’ampleur et la diversité des expériences qu’ils en tirent sont précieuses pour un réseau de la santé en constant apprentissage.

La télésurveillance des patients à domicile réduit de façon spectaculaire les taux d’utilisation des soins de courte durée sur l’Île de Vancouver

Mis en ligne le 20 février 2018 par Michelle Wright

À la régie de la santé de l’Île de Vancouver (Island Health), nous savons à quel point il est précieux d’évaluer les projets que nous menons, et l’équipe de télésurveillance de la santé à domicile de l’organisme m’a recrutée pour participer à l’évaluation du programme et produire un rapport qui en préciserait les résultats globaux. L’un des principaux facteurs sur lesquels je me suis penchée a été l’utilisation des soins de courte durée (l’admission des patients et les visites à l’urgence) par les patients admissibles au programme de télésurveillance à domicile de la régie en raison d’une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ou d’une insuffisance cardiaque.

Réflexions d'une patiente partenaire sur la Conférence du Partenariat d'Inforoute

Publié le 5 decembre 2017 par Colleen McGavin

Je suis l'une des patients partenaires qui ont bénéficié d'une bourse pour assister à la Conférence du Partenariat, qui est conforme à la charte Patients Included. À ce titre, j'ai le plaisir et le privilège de faire un retour sur cet événement du point de vue du patient. Nous avons été accueillis chaleureusement à la Conférence du Partenariat et nous sentions que notre présence était appréciée. Comme je suis une survivante du cancer qui a reçu des soins dans une multitude de milieux au cours des dix dernières années, je souhaite sincèrement voir des changements dans la façon dont les dossiers de santé sont gérés et partagés, et j'ai été encouragée par les progrès accomplis à cet égard.

Les portails-patients, pour des soins proactifs plutôt que réactifs

Mis en ligne le 16 novembre 2017, par J. Tyler Moss

C’est au printemps 2016 que j’ai pour la première fois fait l’expérience du portail d’information sur la santé des citoyens de la Saskatchewan, aussi appelé portail CHIP (pour Citizen Health Information Portal). Une invitation avait été lancée aux résidents de la province pour qu’ils s’inscrivent au projet pilote; je l’ai fait et je suis devenu l’une des 1 000 premières personnes à en avoir fait l’essai.

La santé numérique, gage de meilleurs résultats pour la santé

Publié le 13 novembre 2017, par Nancy Lefebre

Lorsqu’on cherche à offrir des soins axés sur le patient et sa famille, le recours à la technologie semble aller de soi. Aujourd'hui, les gens utilisent la technologie pour se faciliter la vie. Nous avons entendu à maintes reprises que les patients veulent recevoir des soins là où c'est le plus commode pour eux — c’est-à-dire à domicile — et d'une manière qui s'intègre bien à leur vie quotidienne. Or, pour y parvenir, il nous faut repenser et restructurer le mode de prestation et de financement des soins, le tout en tirant parti de ce catalyseur qu'est la technologie. En effet, l'actuelle transition vers le concept du « domicile en tant que point de service » constitue pour nous une occasion idéale d'élargir l'usage de la technologie numérique et des modèles de financement intégré.

Comment les patients peuvent-ils contribuer aux solutions de santé numériques et en tirer parti? Ne manquez pas le… https://t.co/FF6dgDuMVC

par Inforoute,

logo inv fr

La santé numérique à votre service.

 

Transformer les soins de santé au Canada grâce aux technologies de l’information sur la santé.

Nous joindre

Demandes de renseignements généraux

Tél. : 416-979-4606
Sans frais : 1-888-733-6462

Approvisionnement

Tél. : 514-868-0550

Demandes de renseignements des médias

Tél. : 416-595-3167
Sans frais : 1-888-733-6462