Partager :

Patients engagés, partie 2 : Patients engagés et soins virtuels

Publié par Katie Bryski et Ellie Yu le 30 juin 2020

Une nouvelle ère s'est amorcée dans le secteur de la santé. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les Canadiens se tournent de plus en plus vers les soins virtuels. Selon le sondage de suivi d'Inforoute, les consultations virtuelles ont compté pour presque la moitié du total des consultations médicales en mai 2020. Mais, concrètement, que signifie ce virage virtuel pour les patients et sur la manière dont ils interagissent avec le réseau de la santé?

Digital Health Canada définit les soins virtuels comme toute interaction synchrone ou asynchrone entre un patient et un membre de son cercle de soins, sans contact direct, à l'aide d'une forme de communication ou de technologie de l'information. Cette définition, assez large, englobe autant les télésoins à domicile que les consultations par vidéo, téléphone, courriel ou messagerie sécurisée.

Dans notre précédent article, nous avions défini les patients engagés comme des personnes qui ont une grande confiance en leur capacité à s’occuper de leur santé et qui participent de près aux soins qu’elles reçoivent. Tandis que notre réseau de la santé continue de faire face aux défis de la pandémie COVID-19, le moment est bien choisi pour examiner les liens entre l'engagement des patients et les soins virtuels.

Un sondage mené par Inforoute en 2019 révèle que, par rapport aux non-engagés, les patients engagés sont de grands utilisateurs de soins virtuels. En effet, 42 % des patients engagés avaient affirmé avoir utilisé un service de soins virtuels dans la dernière année, comparativement à 34 % pour les non-engagés. En outre, les patients engagés étaient plus susceptibles d'avoir renouvelé leurs ordonnances électroniquement : 14 % d'entre eux l'avaient fait, par rapport à 10 % des non-engagés.

Les soins virtuels ont été particulièrement importants durant ces derniers mois marqués par la distanciation physique, puisqu'ils ont permis d'assurer la continuité des soins à distance. Aujourd’hui, même si le déconfinement s'est amorcé, les avantages des soins virtuels se font toujours sentir, surtout en ce qui concerne les déplacements des patients. Encore une fois à la lumière des résultats du sondage, les non-engagés parcourent une plus longue distance que les patients engagés pour voir leur professionnel de la santé en personne, soit 72 km contre 23 km. En procurant un accès aux soins virtuels à ces patients éloignés, nous ferions d'une pierre deux coups : de meilleurs résultats pour leur santé, mais aussi pour l'environnement grâce aux nombreux déplacements évités.

Enfin, d'après certaines données, il semble y avoir une corrélation entre le niveau d'engagement des patients et le revenu. Parmi les personnes qui gagnent moins de 25 000 $ par année, 40 % sont susceptibles d'être engagées, par rapport à 54 % chez celles qui touchent un revenu annuel de plus de 150 000 $. Et seule une personne à faible revenu sur trois déclare utiliser des services de soins virtuels. On constate donc qu'il importe de fournir un meilleur accès aux services de soins virtuels et de combler la fracture numérique pour tendre vers l'équité en santé.

Depuis le début de la pandémie, les soins virtuels jouent un rôle de plus en plus essentiel au sein du réseau de la santé. Alors que nous réfléchissons à notre nouvelle réalité après la pandémie, nous avons l'occasion de faire en sorte que les soins virtuels demeurent un mode de prestation important. Ensemble, nous pouvons offrir leurs avantages au plus grand nombre et faire du Canada un pays où l'engagement des patients est la norme.

Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.


Katie BryskiKatie Bryski est coordonnatrice de l'équipe Engagement et Marketing chez Inforoute Santé du Canada. Elle s’intéresse tout particulièrement aux liens qui existent entre la santé numérique et l’intersectionnalité.

Ellie YuEllie Yu est analyste du rendement chez Inforoute Santé du Canada; elle facilite la prise de décisions d’affaires, en analysant des données et des renseignements organisationnels, en vue de justifier l’adoption des solutions de santé numériques et les investissements connexes. Elle détient un doctorat en politique de la santé de l’Université McMaster.

Dans notre dernier article de blogue, découvrez comment les normes et l’interopérabilité contribuent à diminuer l’e… https://t.co/Y3nnYjMccr

par Inforoute,

logo inv fr

La santé numérique à votre service.

 

Transformer les soins de santé au Canada grâce aux technologies de l’information sur la santé.

Nous joindre

Demandes de renseignements généraux

Tél. : 416-979-4606
Sans frais : 1-888-733-6462

Approvisionnement

Tél. : 514-868-0550

Demandes de renseignements des médias

Tél. : 416-595-3167
Sans frais : 1-888-733-6462