Partager :

Blogue : Inforoute en direct

Les cliniciens canadiens ont-ils atteint le seuil critique de l'interopérabilité clinique?

Publié le 22 septembre 2015 par Dr. Rashaad Bhyat

Il est 15 h 45, et je suis en retard sur mon horaire. Les patients affluent dans la salle d'attente de la clinique, tandis que je m’arrache les cheveux, frustré d’avoir à attendre qu'un service des archives médicales m'envoie enfin par télécopie le rapport d'un patient qui ne se trouve pas encore dans mon système de DME.

Encore aujourd'hui, cette scène se répète inlassablement dans d'innombrables cabinets de médecins au Canada. Attendre après... une télécopie. Cela me rappelle un gazouillis comique attribué à Matthew Hankins (@mc_hankins) :

Pourriez-vous m'envoyer ce document par télécopie?

Non, je ne peux pas envoyer de télécopie là où je vis.

Et où vivez-vous?

Au 21e siècle.

Blague à part, l'échange rapide et continu de l'information médicale par voie électronique entre les professionnels de la santé demeure toujours un défi de taille.

Bien qu'il soit facile de perdre espoir devant l'absence de solution miracle pour obtenir une véritable interopérabilité, nous devrions réfléchir au long chemin que nous avons parcouru en si peu de temps, dans un secteur pourtant réputé pour sa relative lenteur à adopter le changement.

En effet, grâce entre autres aux investissements d'Inforoute et de ses partenaires, le pourcentage de médecins de famille canadiens qui déclarent utiliser le DME est passé de 16 % en 2004 à 77 % en 2014, ce qui représente une hausse phénoménale en une décennie seulement[1]. Durant la même période, d'énormes progrès ont été réalisés avec les partenaires provinciaux au chapitre de l'implantation des composantes de base des DSE des provinces[2].

Par ailleurs, les cliniciens peuvent accéder à un volume toujours croissant de données essentielles sur les patients sous forme électronique. Dans bien des régions du pays, les cliniciens sont en voie d'atteindre un seuil critique quant au volume de données utiles auxquelles ils ont accès au point de service. Netcare[3], le dossier de santé électronique de l'Alberta, est un bon exemple de réussite à l'échelle provinciale, tandis que le portail Clinical Connect[4], du Sud-Ouest de l’Ontario, est un bon exemple de système d'échange d'information efficace déployé en région.

Au cours de la dernière année, j'ai pu accéder aux résultats d'analyses de laboratoire de mes patients à partir de mon DME, qui est relié au SILO (Système d'information de laboratoire de l'Ontario) — ce petit miracle m'a permis de retrouver, en quelques clics de souris, les données manquantes d'un patient. Même s’il n’est pas parfait, cet outil apporte sans contredit une nette amélioration par rapport à la situation précédente.

Quoi qu'il en soit, ces belles réalisations ne diminuent en rien la frustration des patients et des cliniciens aux prises avec des systèmes de DME qui fonctionnent en vase clos et ne sont pas reliés la plupart du temps. Les médecins continuent donc de s'arracher les cheveux. Il est à espérer que, grâce à des stratégies comme le Plan d'action pour l'interopérabilité clinique, appuyé par un vaste éventail de partenaires, y compris Inforoute, nous pourrons poursuivre sur la bonne voie.

En somme, nous devons veiller, d'une part, à ce que les cliniciens puissent accéder à l'information médicale sous forme numérique et échanger celle-ci rapidement et en continu et, d'autre part, à ce que les données médicales soient accessibles aux patients et à leur famille quand ils en ont le plus besoin.

Qu'en pensez-vous? Je serais curieux d'entendre les commentaires de Canadiens des quatre coins du pays.

[1] Sondage national des médecins (http://nationalphysiciansurvey.ca/fr/)

[2] Rapport annuel d'Inforoute 2014-2015

[3] http://www.albertanetcare.ca/

[4] http://info.clinicalconnect.ca/CC/ 

Vous avez des commentaires au sujet de cet article? Nous aimerions les connaître.


rbhyat 100Rashaad Bhyat
Le Dr Rashaad Bhyat est responsable clinique au sein du groupe Adoption clinique, chez Inforoute Santé du Canada. Il est également médecin de famille et s'intéresse tout particulièrement à la santé numérique. Il pratique dans un cabinet de médecine familiale doté d'un DME dans la région du Grand Toronto.

Mots-clés :
Dr. Rashaad Bhyat

logo inv fr

La santé numérique à votre service.

 

Transformer les soins de santé au Canada grâce aux technologies de l’information sur la santé.

Nous joindre

Demandes de renseignements généraux

Tél. : 416-979-4606
Sans frais : 1-888-733-6462

Approvisionnement

Tél. : 514-868-0550

Demandes de renseignements des médias

Tél. : 416-595-3167
Sans frais : 1-888-733-6462