Partager :

Inforoute investit 380 millions pour aider les médecins et les infirmières praticiennes à mettre en œuvre les dossiers médicaux électroniques

9 février 2011 (Toronto, ON) - Dans le cadre de son plus récent programme d'investissement, Inforoute Santé du Canada (Inforoute) finance les systèmes de dossiers médicaux électroniques (DME) pour les cabinets de médecins et les cliniques dans l'ensemble du Canada. Le président et chef de la direction d'Inforoute, Richard Alvarez, a fait le point aujourd'hui sur le financement de 380 millions de dollars visant à concentrer l'investissement aux points de service, là où les avantages de la technologie de l'information sur la santé peuvent apporter une valeur immédiate aux patients et aux cliniciens.

« Il est fondamental de relier les prestateurs de soins aux systèmes électroniques d'information sur la santé en cours de déploiement dans l'ensemble du pays pour la réalisation du mandat d'Inforoute, dit Richard Alvarez. Cette nouvelle vague d'investissement, en collaboration avec les provinces et les territoires, nous aidera à atteindre notre but, soit d'amener entre 8 000 et 9 000 médecins et infirmières praticiennes supplémentaires à s'inscrire au programme de DME pour cabinets de médecins de leur province ou territoire, d'ici mars 2012. »

L'investissement d'Inforoute dans les dossiers médicaux électroniques provient du financement supplémentaire de 500 millions de dollars accordé par le gouvernement du Canada dans son budget 2010. Dans le cadre de cette initiative, Inforoute financera conjointement les systèmes de DME à l'intention des médecins et des infirmières praticiennes par l'entremise des programmes mis sur pied dans l'ensemble du Canada, à l'échelle provinciale et territoriale. L'appui d'Inforoute permettra aux provinces et aux territoires qui ont déjà créé un programme de DME d'étendre la portée de leur programme respectif. Inforoute assumera une partie des frais de mise en marche pour les autres provinces et territoires qui prévoient instaurer prochainement un programme de DME officiel.

« L'initiative d'Inforoute témoigne d'un réel engagement à placer l'appui au DME là où on en a le plus besoin - aux premières lignes des soins de santé, dit le Dr Jeff Turnbull, président de l'Association médicale canadienne (AMC). Accroître l'utilisation des systèmes de DME est au premier plan de la vision de l'AMC pour la transformation du réseau de santé canadien axée d'abord sur le patient. »

Inforoute investira également dans les réseaux de soutien entre pairs, de manière à ce que les professionnels de la santé qui utilisent les systèmes de DME puissent apprendre des expériences des autres et échanger des données sur les pratiques exemplaires, les projets d'innovation et autres activités visant à atteindre une valeur clinique par l'usage des technologies de l'information et des communications. En outre, un soutien sera apporté aux fournisseurs de technologie de l'information qualifiés qui doivent procéder à une mise à niveau de leur gamme de produits actuels pour répondre aux normes d'Inforoute en matière de confidentialité, de sécurité et d'interopérabilité.

Les investissements d'Inforoute dans les systèmes de DME seront conditionnels à la réalisation d'une valeur clinique par les professionnels de la santé découlant de leur utilisation des DME, y compris des fonctions comme la saisie de renseignements sur le patient et des notes de consultation, le listage des allergies, des vaccins et des médicaments prescrits et la lecture des résultats d'examen. Une valeur clinique supplémentaire s'obtient par l'utilisation des fonctions supérieures du DME et l'atteinte d'une plus grande interopérabilité avec les systèmes externes.

« Il faut maintenant s'assurer que les cliniciens de première ligne ont la capacité d'interagir avec ces systèmes de base et qu'ils peuvent s'en servir pour mieux gérer la prestation des soins, ajoute Richard Alvarez. L'intégration des systèmes de point de service, comme celui des DME pour cabinets de médecins et centres de soins ambulatoires, nous permet de mettre à profit nos investissements à ce jour dans les composantes de base des systèmes de dossiers de santé électroniques provinciaux et territoriaux. »

Le Canada est un des pays les plus informatisés au monde et les patients canadiens veulent bénéficier de plus d'interaction et d'une plus grande interopérabilité au sein de leur réseau de santé. « Dans son dialogue à l'échelle nationale, l'AMC a d'abord consulté la population, et le thème qui revient le plus souvent est : accroître l'utilisation et l'intégration des DME et améliorer les liaisons électroniques entre les cliniciens et les patients, ajoute le Dr Turnbull. Pour les patients, il ne s'agit pas de braver un monde nouveau; ils sont branchés et ils veulent de meilleurs outils de TI et de communication pour leurs soins de santé. »

Des médecins de famille, comme le Dr Michael Golbey de Kelowna, en Colombie-Britannique, croient qu'il est maintenant temps que tous les médecins songent à implanter un système de DME dans leur cabinet. « J'invite les médecins à aller parler avec leurs confrères qui ont déjà instauré un système de DME. Allez voir comment il fonctionne, passez un certain temps sur place et vous verrez que ça en vaut vraiment la peine, dit le Dr Golbey. Nous avons fait du chemin depuis cinq ans. À l'époque, ceux qui passaient aux DME étaient considérés comme des pionniers; mais maintenant, regardez autour de vous, c'est devenu une pratique courante à la portée de tous. »

En tant qu'investisseur stratégique dans le développement des technologies de l'information et des communications sur la santé, Inforoute a créé ce nouveau programme d'investissement pour appuyer les efforts à l'échelle provinciale et territoriale visant à inciter les médecins et les infirmières praticiennes à adopter et à utiliser les systèmes de DME interopérables dans les cabinets de médecins et les cliniques afin d'en retirer une valeur pratique et tangible.

Selon une étude du Conference Board du Canada sur les retombées économiques, les sommes investies par Inforoute et ses partenaires au cours des quatre prochaines années stimuleront l'économie canadienne avec une hausse du PIB réel de 1,11 milliard de dollars et pourraient créer l'équivalent de 10 700 années-personnes sur le marché du travail.

Inforoute Santé du Canada est une organisation indépendante à but non lucratif, financée par le gouvernement fédéral. Inforoute investit avec chaque province et chaque territoire pour accélérer le développement et l'adoption des technologies de l'information et des communications au Canada. Respectant entièrement la confidentialité des renseignements personnels, ces systèmes fourniront l'information nécessaire aux cliniciens pour qu'ils soient en mesure de prendre des décisions éclairées, et aux patients pour qu'ils prennent en charge leur propre santé. Le fait d'accéder rapidement à ces renseignements essentiels favorisera la mise en place d'un réseau de santé plus moderne et plus durable pour tous les Canadiens.

- 30 -

Pour plus d'informations :

Karen Schmidt
Directrice, Communications
Inforoute Santé du Canada
416.595.3167
Écrivez-nous

Inforoute Santé du Canada

L’histoire d’Heather : Grâce à la #santénumérique, le traitement du diabète de grossesse d’Heather a exigé moins de… https://t.co/tTgtK596UV

par Inforoute,

logo inv fr

La santé numérique à votre service.

 

Transformer les soins de santé au Canada grâce aux technologies de l’information sur la santé.

Nous joindre

Demandes de renseignements généraux

Tél. : 416-979-4606
Sans frais : 1-888-733-6462

Approvisionnement

Tél. : 514-868-0550

Demandes de renseignements des médias

Tél. : 416-595-3167
Sans frais : 1-888-733-6462